• Épisode 01 - De l'action des des frites !!!

    Épisode 01 - De l'action des des frites !!!

     

    J'ai choisi cette œuvre car hier, une frite m'a sauté dans l’œil.

     

    Je ne savais plus quoi faire, j'étais terrorisé. L'accident était si soudain ! Même pas de temps pour rédiger mon testament ! D'autant plus que, dû à la brûlure de l'huile, ma vision est altérée. C'est abominable. Certes, mon cerveau était altéré bien avant ça, mais tout de même, qui aurait cru qu'une simple frite... Oui, une frite... ce petit bâtonnet de pomme de terre cuite, si arrogant, si traître ! Crève en enfer !!! JE BRÛLE ! JE BRÛLE !!! AGONIE DE MON ÂME ! LE DERNIER SOUFFLE DE VIE SE FAIT LA MALLE POUR DE LOINTAINS PÉRIMÈTRES PLUS SÛRS !!! REVIENS ! NON ! AH ! SAMILDUERG ! Hmmmm, Samilduerg... Mon vieil ami... Tu m'avais pourtant mis en garde mais comme toujours, je ne t'ai pas écouté...

     

    Mais le temps n'est plus aux chouinades. Je n'ai guère le choix, d'autant plus que ces enfoirés viennent de débarquer dans la pièce, envoyant voler la malheureuse porte au passage. C'était une si jolie porte pourtant, et aimable... Je me retrouve parfaitement encadré de canons de flingues. La douleur infligée par la frite semble soudain dérisoire en comparaison de ce qui m'attend si je ne m'échappe pas rapidement.

     

    Une seule issue : la fenêtre, comme toujours dans ce genre de situation.

     

    Je m'y jette, le picotis des éclats de verre est délicieux, je vole dans les airs au ralenti, encerclé par les autres frites et les balles, en fond sonore résonnent les douces insultes de ceux que je laisse derrière moi. Nous tournoyons tous ensemble dans un magnifique ballet aérien, d'huile et de métal. Le soleil est à son zénith et, sa lumière m'aveuglant, je plisse un peu les yeux. La frite coincée dans mon œil gauche s'y enfonce un peu plus. Je vais sans doute le perdre.

     

    Je vois le sol de béton s'étaler sous moi à quelques mètres de là, tel une grosse flaque grisâtre. Finalement, perdre mon œil paraît un malheur quelque peu anodin, à côté de l'état dans lequel je vais me trouver d'ici une dizaine de secondes une fois que j'aurai achevé ma chute. Dire que je n'ai même pas pu emporter un de ces connards avec moi. Je m'accorde un soupir, dans ma lente retombée, avant de poser le regard sur les frites qui m'entourent, et de repenser aux circonstances qui m'ont amené à cette situation déplorable. Samilduerg m'avait prévenu, oui, il me prévient toujours...

     

     

    - - -

     

     

    - Je te préviens ! râla Samilduerg, si tu continue à faire cette tête, je pars devant sans toi et tu ira voir le spectacle en la seule compagnie de ta bouderie !

     

    Je restai renfrogné, bloqué sur le fait que mon ami était en tord, quand bien même je savais pertinemment qu'il avait raison comme les cent-pour-cent du temps. Bouder est toujours une question de fierté, et de la fierté, j'en avais à revendre ! De la ténacité aussi, d'ailleurs. Fierté et ténacité, un mélange dur comme fer qui me permettait de ne jamais flancher. Parfois cela s'avérait fort utile, et parfois fort idiot, comme dans la situation présente, d'ailleurs.

     

    Nous nous étions querellés à propos de l'adjectif qui convenait le mieux pour décrire la brise qui nous caressait la peau en ce soir d'été urbain. Je m'accordais à dire qu'elle était suave, tandis que Samil' soutenait qu'elle était plutôt satinée. Notre conversation, tournant en rond comme un fauve en cage, augmentait de volume au fur et à mesure que nous opposions nos arguments, et les gens se retournaient à notre passage, certains amusés et d'autres interloqués. Peut-être étaient-ils aussi interloqués en raison de la tête d'orque que Samilduerg portait sous son bras. Au moins ne l'avait-il pas enfilée, ce qui lui permettait de débattre plus efficacement avec moi.

     

    - Mais ne trouves-tu pas qu'elle approche la texture du satin ? Renchérit Samilduerg de plus belle tandis que nous traversions un passage clouté entre deux tacots pétaradants.

    - Je ne crois pas, noooon, soutenais-je sottement. Après tout, l'adjectif « suave » s'y prête bien plus étant donné qu'il s'agit d'une sensation proche de l'abstrait !

     

    Je me perdais dans mes propres arguments, mais peu m'importait, tant que j'avais le dernier mot. Hélas, au bout de quelques minutes Samil' parvint à faire tomber mes dernières défenses (il était bien la seule personne à pouvoir y parvenir avec autant d'aisance, je me dois de le préciser), et j'entrepris de me claquemurer dans un silence rageur, arborant la mine la plus contrariée et renfrognée qu'il m'était possible de faire. Cela me vaudrait sans doute une avancement de l'arrivée de mes rides mais je m'en moquais bien, tant que je montrais toute ma contrariété.

     

    Samilduerg me prévint alors, mais nous arrivions à l'entrée du cinéma, appréciable bâtiment tout de rouge noble peinturluré, et à l'entrée rehaussée par de jolies dorures détaillées, tout cela était croquignolet huhu. Je consentis à me désenfrogner un peu, seulement pour éviter que mon ami ne me laissa planté là comme un imbécile (c'est qu'il en était parfaitement capable, le traître ! ).

     

    Nous nous rangeâmes dans la file tels des cartes dans un paquet, et n'échangeâmes aucun mot, aucun regard durant le temps que nous mîmes à parvenir au guichet, où nous demandim... demandât... où on prit nos tickets pour le film que nous étions venu voir.

     

    Et quel film !

    Samil' et moi l'attendions depuis un an déjà, sans que notre hâte ne perde jamais en intensité ! À présent que nous étions sur le point d'enfin le visionner, nous tremblions d'excitation et bientôt, j'oubliais ma bouderie pour de bon et engageait une conversation animée et joyeuse avec mon ami.

    Il s'agissait du prochain chef d’œuvre de la réalisatrice A. LZIESHG, et... oui, je sais, il ne se passe rien d'intéressant depuis tout à l'heure mais LAISSEZ-MOI ÉCRIRE BON SANG !!! Ou sautez des pages, quoi, je n'y peux rien si vous ne savez même pas apprécier mon art de la narration !

     

    Épisode 02 - L'excitation s'élève, les fessiers s'abaissent. »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 28 Juin à 17:07

    Haha j'adore :D Sympathique petite histoire -w- 

      • Jeudi 29 Juin à 14:51

        Yay, la bienvenue par ici ! XD *fait poper des confetti et rubans divers*

        J'espère que le reste te plaira aussi, alors :>

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :